Mise au point à l’attention de mes plagiaires.

Created by hunotika & Plainicon from the Noun ProjectVous savez, Google n’est pas débile et moi non plus. Il suffit de quelques copier-coller, pour savoir qui pompe quoi. C’est vraiment pas malin de votre part, non, vraiment pas. C’est aussi simple pour moi de vous retrouver que pour vous de me pomper mes textes. Et ne venez pas me brandir le droit à la citation, hin, pour citer, il faut le nom de l’auteur. Ce qui serait possible, notez bien, dans un article, on cite les personnes dont on apprécie le travail, et on fait un lien vers son propre site. Même que l’Internet, ça sert à ça, faire des liens. Mais après, ça s’appelle un travail de recherche, ça fait long et élaboré, tout ça. Au lieu de ça, une équipe de branques s’est donné le mot pour récupérer des parties de textes de ce site, jusqu’à trois paragraphes suivis, et ne me cherchez pas des noises parce que vous avez changé deux mots, OH ! le bel effort de rédaction. Nous vivons dans un beau pays où il existe un Code Civil, qui dit que l’antériorité prouvée d’une création atteste de son auteur. Ça tombe bien, sur un blog, toutes les dates sont tracées (7 mai 2013, pour ce qui nous intéresse aujourd’hui). Et pour compléter le principe certes fondateur mais un peu vague du Code Civil, nous avons aussi un joli Code de la Propriété intellectuelle.

Je signale, au cas où les notions de recherche, de travail, de temps, de culture, d’efforts, toutes ces choses pas du tout à la mode, que je lis depuis plus de vingt ans de la socio, de la psycho, de la philo, de l’histoire, de la littérature, de l’ésotérisme, de la spiritualité, des neurosciences, de la physique, que je passe du temps à chercher, compiler, réfléchir, écouter, observer, faire un jus de cerveau, rédiger des articles avec plus de douze mots de vocabulaire, et que cela constitue une part importante de mon travail. Ma bibliothèque n’est pas un meuble mais une pièce et on s’y croirait à la FNAC. Vous n’avez pas la fierté du travail accompli ? La satisfaction d’avoir produit quelque chose pour que le monde soit un peu moins moche ? Vous préférez pomper les autres bien au chaud derrière votre écran ? Soit, mais sachez que :

Je n’ai pas l’intention de me laisser tondre par le premier malotru numérique venu, fut-il inspecteur du travail, aussi :

  1. Soit vous citez mon nom soit vous effacez les extraits, les larges extraits, pompés dans mes textes. Je compte sur vous et sur votre discernement pour faire un juste usage de cette demande.
  2. Car le jour où vous allez rencontrer ma représentante légale, vous allez regretter d’avoir cédé à la facilité du CTRL+C, CTRL+V. Ça c’est l’étape n°2 si jamais il vous prenait la fantaisie de ne pas tenir compte de ma demande n°1.
  3. Pour appuyer mes dires, voici les liens des sites en questions et les noms, ou plutôt les courageux pseudos des feignasses qui n’ont pas écrit mes idées eux-mêmes.

https://inspectiondutravail.wordpress.com/2015/06/01/quand-le-travail-consume-de-linterieur-1ere-partie/ par valiouchkarps @Thotmania en date du 1° juin 2015.
Tout le grand paragraphe avant le schéma vert, en milieu d’article. Merci d’avoir bloqué mon compte Twitter, je prends cela comme un aveu que ma présence à mettre mon nez dans vos textes vous est relativement indésirable.

Les petits malins qui ont repris sous forme de citation le copié-collé du premier : http://www.syndicat-fo-lcm-carrefour-nimes.com/2015/07/quand-le-travail-consume-de-l-interieur.html Le tout dernier paragraphe de l’article.

Mais vous vous êtes fait avoir, malgré l’attribution appliquée de toutes les références, sans imaginer que vous citiez des pompeurs : http://psychologuedutravail.pro/index.php?post/Quand-le-travail-consume-de-l%E2%80%99int%C3%A9rieur-%281%C3%A8re-partie%29%E2%80%A6 Tout le grand paragraphe avant le schéma vert, en milieu d’article, vu que c’est une reprise du N°1.

Ah oui, aussi, l’article en question, le mien, est celui-ci : http://www.kinesiologie.frederiquejoucla.fr/lepuisement-profesionnel Mais visiblement, tout le monde ne s’est pas épuisé…

Au cas ou vous seriez vraiment totalement neuneu, je précise que je continue à ratisser régulièrement le web à la recherche des pompeurs de moëlle aux idées aussi courtes que les scrupules. Donc ne commencez pas, maintenant, vous non plus.

Ah vous l’aviez jamais vue fumasse, la Frède ? Ben vous allez voir comment ça fait.

Les autres, lecteurs sympathiques, fidèles, interagissant tranquillement autour des sujets choisis, je vous aime encore et toujours, et j’ai même de très beaux projets pour vous et moi et nous. Je ne vous nous lâcherai pas comme ça, encore moins à cause de trois pignoufs.

Par Frédérique Joucla – Kinésiologie

19 réflexions sur « Mise au point à l’attention de mes plagiaires. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *