Sensible ? Réactif ? Hypersensible ? Les réponses de la méthode NAET®.

naet_logo_europe_FJKMais non, mes petits chats, je ne vous ai pas oubliés. Loin s’en faut. Sans faire de bruit, je travaillais pour vous, et je reviens avec encore plus d’infos, de techniques, à partager. Êtes-vous sujet au rhume des foins ? Vous arrive-t-il d’avoir des douleurs inexpliquées ? Des soucis cutanés ? Des fantaisies digestives ? Des nuits hachées ? Des excentricités respiratoires, articulaires, comportementales ? Avez-vous remarqué un quelconque rapport avec votre environnement ? Il se peut en effet que ces afflictions et bien d’autres soient le résultat d’une sensibilité particulière à toutes sortes de substances.

NAET® en détail.

NAET est l’acronyme de Nambudripad’s Allergies Elimination Techniques, du nom de la femme médecin indienne qui l’a mis au point dans les années 80, Dr Devi Nambudripad. Elle-même sujette à de nombreuses sensibilités depuis son enfance, elle devient infirmière, acupunctrice, puis docteur en médecine Orientale, chiropraticienne et kinésiologue, et en combinant toutes les recherches dans tous des domaines, elle pose les bases du NAET® en 1983. Elle complètera ensuite son cursus en médecine pour étayer sa pratique. Le concept à l’origine du NAET® est que toute substance produisant un champ électromagnétique (et tout ce qui nous entoure en est doté : une tomate, un téléphone, un flacon de parfum, un caillou, du brouillard…)  quand celui-ci entre en contact avec le champ électromagnétique d’un corps humain, peut entrainer une réponse. La plupart du temps, ces interactions fonctionnent bien, mais il peut y avoir une réaction du corps. La rencontre de champs électromagnétiques contradictoires va entrainer un ou plusieurs blocages des méridiens de circulation d’énergie dans le corps, et c’est cette réaction qui est appelée allergie dans la méthode NAET®.

Niveaux de sensibilité.

Bien sûr, ce n’est pas tout. Comme vous êtes malins, vous avez déjà compris que l’outil qui permet d’évaluer la compatibilité électromagnétique entre un corps et une substance est le test musculaire. D’où nous pouvons tirer encore d’autres infos fondamentales, telles que la nature de la réaction : en effet, le corps peut réagir à la substance d’un point de vue bio-chimique, ou bien émotionnel, ou bien énergétique. Peu importent la raison et la date, mais la corps a enregistré de manière erronée que cette substance est un agresseur de son système immunitaire. Tout le travail de NAET® va consister à pacifier les relations, et réexpliquer au système nerveux que les substances incriminées ne sont plus des agresseurs. Prenons un exemple, une personne ne supporte pas les tomates :

  1. Son système digestif ne tolère pas le contact avec la chair des tomates.
  2. Son système émotionnel ne supporte pas le fait que Mamie l’ait forcé à en manger quand même, dans son enfance.
  3. Le champ électromagnétique de la personne se perturbe au contact du champ d’une tomate, créant ainsi le désordre d’un ou plusieurs méridiens.

Le protocole NAET®, qui agit sur le système énergétique, répond à ces trois niveaux d’atteinte.

Sinon, c’est pas rigolo…

Cette recherche demande une mise en cause très profonde de nos fonctionnements, car les substances qui provoquent le plus de réactions sont soit les plus courantes et les plus quotidiennes, soit les plus cachées. Mais dans tous les cas, ce sont celles avec lesquelles le contact est répété. Ce qui amène à d’apparentes contradictions, comme l’intolérance au blé, tellement courante en Europe Occidentale. Et, malgré le fait qu’il soit la céréale de notre civilisation, on constate une forte augmentation de personnes qui ne le supportent plus. Plusieurs raisons à cela, comme le fait de manger un pain blanc et dérivés (biscottes, viennoiseries, gâteaux…) et des pâtes multiplient les occasions de contact chaque jour. Il ne faut pas négliger non plus la qualité des farines, qui sont de plus en plus raffinées et rincées, ainsi que la fameuse protéine de blé insoluble, le gluten.
Cela dit, on constate de la même manière une sensibilité croissante au riz en Extrême-Orient, au saumon en Europe du Nord…

Je t’aime, moi non plus les gâteaux. NAET_FJK

Encore une autre subtilité pour aller bouter nos intolérances jusque dans le moindre détail quotidien, on constate aussi de forts phénomènes d’addictions aux substances qui nous incommodent le plus. C’est comme ça, l’être humain… Un beau paradoxe qu’il ne faut pas rater : nous sommes souvent irrésistiblement attirés par les substances que nous ne supportons pas. Une envie irrépressible du truc qui justement me déglingue. D’un point de vue physique, mais aussi émotionnel, bien sûr. J’ai une pleine musette de recherches en préparation sur les addictions – la suite, pour bientôt, gardez bien celle-là en mémoire.

Et tout mélangé ?

Promis, après, j’arrête, mais il faut quand même une dernière couche d’info pour être précis. Il arrive aussi que ce ne soit pas une mais la combinaison de deux (voire plus) substances qui vous chiffonnent. Je m’explique : vous adorez le café et vous n’avez pas de souci avec le sucre. Cependant, quand vous sucrez un café, vous l’assimilez mal. Il peut s’agir (si l’on fait abstraction de la qualité de chacun des composants, qui espérons-le, ne fait pas doute) de la combinaison café + sucre qui provoque une réaction chez vous. Et les paramètres se multiplient : vous aimez peut-être le café au lait, mais quand il est chaud, il devient pour vous le pire vomitif. Songez dans ce cas au paramètre chaleur, qui s’additionne à café + lait. Vous pouvez bien sûr décliner cela à l’infini : pâtes + crème, tomates + huile, pâtes + sucs digestifs, tomates + efforts physiques, efforts physiques + humidité…
Il y a autour de nous une quantité inimaginable de matières qui nous affectent : vous avez trouvé les vitamines de vos rêves, vous ne jurez plus que par tel complément alimentaire. Soit. C’est parfait mais parfois, certaines réactions se poursuivent. Avez-vous pensé à l’excipient de votre cachet merveilleux ? Est-il lié par du lactose que vous abhorrez ou du glucose qui vous contrarie ? Conditionné dans un capsule de gélatine alors que vous ne supportez pas la vache ? Si ce n’est que ça, vous pouvez évidemment changer de traitement, mais… Quid des traitements inamovibles, longs, lourds, invasifs ?
La méthode NAET®, en donnant au corps une nouvelle information sur les substances mal tolérées, permet de retrouver le contact avec les matières réactives désormais sans réaction. Elle permet de poursuivre les traitements indispensables et non substituables en réduisant leurs répercussions.
Ce qui présente l’avantage de ne pas avoir à quitter votre chat ni donner votre mari à la SPA, si d’aventure vous étiez allergique au pelage de l’un ou de l’autre. Puis d’aller vous rouler dans les graminées.

Pour finir, quelques infos annexes.

BON À SAVOIR : les mutuelles MFIF et Médinat remboursent tout ou partie des séances de Méthode NAET®.

Les références NAET® monde : http://www.naet.com

Avertissement : la méthode NAET® est une méthode non diagnostique et non médicale. Elle ne se substitue en aucun cas à un traitement médical, n’interfère pas avec celui-ci mais le complète. Les personnes suivant un protocole NAET® continuent par railleurs leur traitement anti-allergique si elle en prennent. Les tests NAET® sont effectués sans contact avec l’allergène. En cas d’antécédent d’anaphylaxie, merci de consulter la liste des praticiens spécialisés dans les réactions aiguës.

Par Frédérique Joucla – Kinésiologie

1 réflexion sur « Sensible ? Réactif ? Hypersensible ? Les réponses de la méthode NAET®. »

  1. Ping : La peau. | Frédérique Joucla | Kinésiologie Toulouse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *